Les POESIES MOI CA ME DIT ! Association POEMUSE

Les POESIES MOI CA ME DIT ! Association POEMUSE

La GRANDE GUERRE etSISSI poème d' Eli 11 ans

Vac aout 2012 ELI 024.JPG

 Poèmes: 'ELI KEDOTE  11 ans (il fait parti  de POEMUSE et fait des animations avec beaucoup de talent avec nous
et les deux autres enfants Rania et Jade)
Eli et un passionné de toute l'histoire de France, notamment de Napoléon, de Charles de Gaulle....
Il
dévore les livres sur l'histoire qui n'intéressent normalement que des adultes.




LA GRANDE GUERRE

Personne n'avait imaginé

Un si désastreux été! 

Le tzar Nicolas était heureux, 

L empereur Guillaume donnait des festins  fastueux

Le sultan était sur ses gardes

L Italie voulait monter en grade

La France ruminait sa vengeance

L Autriche-HONGRIE n a pas de chance

L empire Britannique est plusque jamais hystérique

L Espagne est en crise

 

Le 28 juin tout explose

François Joseph devient morose

Il déclare la guerre à la Serbie

Celle-ci reçoit l aide de la Russie, 

L’Allemagne lui déclare la guerre

La France devient amère

La Belgique et le Luxembourg sont dans la galère. 

Ceux-ci en effet sont envahis

Par les Allemands

Trop confiants

Désormais, entre Paris et Berlin; c'est la guerre

Écraser l’ennemi se serait super!

C’est autour des Britanniques d’entrer en guerre. 

  

Les alliés sont en difficultés

Les Allemands leurs font un pied de nez! 

 Paris est a 40km à pied, 

Pour les Allemands, la guerre semble déjà gagnée

Mais Joffre vient de contre-attaquer

L’ennemis Allemands , sur la Marne est écrasé

Il doit battre en retraite et reculer

Humilier, le mythe de leur invincibilité est ébranlé

Ainsi s installe les tranchées, la misère

Ce sera un long calvaire

De la Suisse à la mer du Nord,

Pour percer, il en faudra des efforts !

 

Année 1915, année des grandes illusions

Cette année, il n’y aura que des déceptions! 

Des morts par milliers

Des villes rasées

Le pire des cauchemars s est réalisé

La guerre s’éternise 

Et se succèdent les offensives. ..

 

 Entre en guerre l’Italie
Contre l'Allemagne et l’Autriche - Hongrie

 

Mais en 1916, tout change

Les cadavres par milliers se mélangent

Dans la plaine de Verdun

Où va séterniser le déclin 

De milliers d’hommes se battent tant

Pour le destin de la France et de ses enfants

Les pauvres poilus qui n ont rien demandé

Se retrouvent sur un champ de bataille sous les bombes écrasées. 

L’armée du kaiser tente de percer le flanc

Les français resisteront longtemps! 


Pied de nez aux envahisseurs

Pétain résiste avec toute sa fureur!

Il faut dire que la voie sacrée l'a bien aidé

Les Français sont attaqués

Par des ennemis épuisés

Vive la France,  vive la France, 

Avec tout ce qu'il reste de sa romance...

 

Enfin, les Allemands doivent reculer,

Car la bataille de la Somme a commencé

Verdun a résisté

Avec la voie sacrée. 

  

Au Chemin des Dames, Nivelle n'y trouve pas sa gloire

Les armées françaises ne remportent pas la victoire!

Au contraire c’est une pitoyable déroute

Ainsi, les armées françaises reprennent la route

 

Les États Unis entre en guerre

Contre l’Allemagne,  l’Autriche - Hongrie et la Turquie

Sans oublier le massacre des arméniens par les ottomans

Ah! Ce que la guerre et ses participants sont méchants! 

  

Heureusement Pétain est là

Il remet le moral des soldats

Le tzar, lui est en difficulté

Son pays il l’a mécontenté

La révolution de Russie

Mène au pouvoir une nouvelle mélodie

Les Bolcheviks signent la paix

Quand au Tsar, comme un rat, il est fait..

 

Les Allemands croient la guerre gagnée

Mais les américains eux arrivent armés

Sur la Marne sont retranchées

Toutes les armées alliées

 Sous le commandement de Ferdinand Foch

Qui enferme les Allemands dans une poche

Ils infligent aux armées du Kaiser,

Une bonne défaite de malheur! 

Pauvre Général Ludendorf

Vaincu par un coup de force...

 

Sur le front de l’Italie

Les alliés donnèrent à Rome un sacré coup de main 

L’Autriche - HONGRIE s’effondra à son tour

C est la fin de l’empire Autriche - Hongrie pour toujours!


La sublime porte capitula

Le sultan Memehd V lui décéda

Son successeur MemehdVI 

Passa pour un imbécile

Après le désastreux traité de Sèvre signé par sa Majesté Royale

C’est la fin de la Turquie Impériale

 

Au traité de Versaille, 27 nations discutèrent

Du sort de l Allemagne après ses revers

Les soldats Français défilent à Strasbourg

Les Alsaciens leur font la cour

Belgrade pavoise et Vienne déprime

Bucarest exulte et l’Allemagne s’envenime

Les Italiens regardent vers Trieste encore étranger

Les Polonais,  Slovaques, Tchèques, Slovènes et Croates gouttent à la liberté, 

Mais désormais,  l’Europe est ruinée.

 -- -- - - - - -- - - - - - - -  -

L’Impératrice SISSI

Née dans un palais de Bavière,

Sous les yeux de son père et de sa mère,

Dans le merveilleux palais de Lassenhofer

Elevée avec sa sœur trop jeune

Hélène de Wittelsbash étudie,

Ce qui n’est pas le cas de sa jeune sœur Sissi

 

En 1853, elle va rencontrer son impérial cousin

L’empereur François-Joseph et ses ministres pas très malins !

Frantz doit épouser Hélène,

Mais lui fera bien de la peine :

Il choisit d’épouser Sissi

Jeune, vive et plein d’esprit

Sissi, à peine âgée de 16 ans

François-Joseph a épousé une enfant !

 

La nouvelle souveraine doit respecter l’étiquette

Du coucher à la toilette

Du choix des couverts et des assiettes

Du bal à la prochaine fête

A la cour, c’est autre chose,

L’ambiance est plutôt morose

Sissi doit supporter

Sa belle-mère Sophie, cette empotée !

 

Quant à l’empereur il est préoccupé

Les Hongrois semblent vouloir se révolter

Sans parler de la Lombardie

D’où le Piémont veut rassembler l’Italie

Mais l’impératrice met au monde une archiduchesse

Sophie d’Autriche que Sissi couvrira de tendresse

Ce n’est pas l’héritier tant attendu

Qu’est ce petit être nu

.../…

En 1858, Sissi met  au monde l’hériter du Trône

Le Koprinz Rodolphe, a la Holburg la paix, il prône,

Mais vint la campagne d’Italie

Dont ne se réjouira pas Sissi !

L’empereur part rejoindre ses armées

Où, à Solférino elles seront décimées

Les Autrichiens perdent la Lombardie

Au profit de l’Italie

 

Le néo-absolutisme est aboli

François-Joseph, sous la pression de Sissi,

Crée un parlement sans tenir compte des doléances

Des Hongrois voulant leur indépendance

Ils en appellent à sa clémence

 

L’Italie revendique la Vénétie

La Croatie et la Slovénie

La Prusse et l’Italie, à l’Autriche déclarent la guerre,

C’est le début d’une longue misère !

 

Les autrichiens commencent à reculer

Puis à Sadowa, ils seront écrasés

À Prague ils doivent capituler

Le duché d’Holstein ils doivent céder

Les Hongrois sont excédés

François-Joseph en a assez

Il crée le dualisme Austro-hongrois

Cela ne fera ni chaud ni froid

Ceci consacre l’union de deux états

Au sein d’une même monarchie

Ente-autre, l’Autriche et la Hongrie

Ainsi François-Joseph et Sissi

Sont couronnés roi et reine de Hongrie

 

Sissi voyage tout le temps

Délaissant son mari et ses enfants

Corfou, Madère

Sissi voyage dans l’Europe entière

 

 

 

…/…

Mais Sissi est une souveraine meurtrie

Au cours des années les morts successives de sa fille Sophie,

Celle de son cousin Louis II de Bavière

De son père et de sa mère

Mais surtout, la mort mystérieuse de son fils unique, Rodolphe de Habsbourg

A Mayerling, dans un faubourg

Détruite psychologiquement, elle restera à jamais choquée

A la mort de son fils elle pleura toute la soirée

 

A Genève, Sissi fait une énième cure,

C’est insuffisant de manger que des vitamines pures !

Le 10 septembre 1898, elle est assassinée par Luigi Luccheni,

Voulant la tuer pour se faire un nom dans la presse

Il assassina l’impératrice-reine à Tresse !



11/11/2014
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 14 autres membres